La conchyliologie

La monnaie coquillage.

Pratiquement tous les continents ont été intéressés par le troc des coquillages pendant trois millénaires.

 

La Monnaie Primitive

La Conchyliologie et la Numismatique

Le coquillage a été utilisé dès l'aube de l'humanité comme élément de parure, objet magique ou religieux car imputrescible.

 

Il a été trouvé:

En LIGURIE dans des tombes datant de l'AURIGNACIEN (environ 30.000 ans avant notre ère) des squelettes qui portaient des parures de coquillages.

En EUROPE CENTRALE, dans des gisements datant de l'homme de Cro-Magnon, entre 20.000 et 10.000 ans avant J.C, des Cypraeacassis rufa (Océan Indien) qui prouvent qu'il existait des échanges avec des contrées lointaines.

On retrouve donc fréquemment des coquillages dans des gisements préhistoriques sans que l'on puisse savoir s'il s'agissait alors de MONNAIES.

En Chine dans les régions ou les Cauris sont les plus rares, vers le 8ème siècle (Avant JC) dans la principauté de TCH'OU apparaissent des Cauris coulés dans le bronze. Ils ont la valeur d'un coquillage: Un Pai. Les Pai se retrouvent surtout dans le Sud du Yunnan. Les Anglais ont surnommé cette monnaie"ant-nose" car la tradition, confirmée par les fouilles archéologiques, rapportent qu'elle était introduite dans les narines des défunts pour empêcher les fourmis d'y pénétrer. Son apparence de figure humaine grimaçante l'a également fait surnommer "ghost'head", la tête de fantôme.

Les Cauris figurent de nos jours encore, symboliquement, sur des monnaies:

de GUINEE : 50 Cauris de 1971

de GHANA : ONE CEDI de 1979 et 1984 - 20 CEDI de 1991 - 200 CEDI de 1996

 


 L' Afrique

 

 Au Xè et XIè siècle les CAURIS, MARGINELLES et OLIVES sont les coquillages les plus couramment affectés aux échanges. Les Cauris Cypraea annulus et Cypraea moneta, Cypraea caurica ou Erronea caurica Linné, Cypraea onyx, Cypraea argus, Cypraea eglantina étaient utilisés autour du Golfe du BENIN depuis le SENEGAL jusqu'au fleuve Congo, répandus par les marins arabes, juifs et européens.

Les Cauris servaient souvent de lest dans les navires, puis échangés en "monnaie". Ils étaient enfilés par "liasses" de 12, 20, 40 ou 100 unités selon le système monétaire du lieu.

A l'instar des Cauris, les MUSANGA, disquettes de coquillles d'escargot de l'Achatiana monetaria qui avaient cours dans certaines contrées étaient enfilées par un trou central pour faire des "colliers".

LES MARGINELLES avaient cours dans la boucle du NIGER.

L'OLIVANCILLARIA NANA (Ki-Kongo) a eu cours dans le royaume du CONGO jusqu'au 16ème siècle et a été dénomé le NZIMBU.

De 1850 à 1860, 35.000 tonnes de MONETARIA MONETA envahirent l'Afrique et furent échangés contre de l'huile de Palme, puis contre des ESCLAVES.

 

 

La colonisation Européenne (1886) amenera la disparition progressive de ce type de monnaie dont l' utilisation fut interdite par la loi dans les colonies françaises.

Au XVIè siècle on aurait pu échanger

     20 à 30 Pesos originaire d' Amérique du Sud contre 1 CAURI.

Fin XIXè siècle

     En OUGANDA, dans la tribu BAGANDA

Une vache valait

 2.500 CAURIS

Une défense d'ivoire de 30 Kg valait

 1.000 CAURIS

Une chèvre valait

500 CAURIS

Une pipe valait

 de 50 à 100 CAURIS

Un poulet valait

 25 CAURIS

      A ZANZIBAR

 Un Thaler de MARIE - THERESE s'échangeait contre

Appelé "Le Dollar à la Grosse Dame" le long de la mer Rouge et sur la côte

orientale d' Afrique

5000 CAURIS

 

 

     Dans les COLONIES FRANCAISES

 Soit 10 Centimes valaient
 400 CAURIS
 Soit 1 Franc valait
 1.000 CAURIS

 

 

Au SOUDAN ou au DAHOMEY, la FRANCE accepte jusqu' en 1907 pour le paiement des impôts 20.000 CAURIS pour 7 Francs

 

 

Carte postale période 1905-1915 avec pour légende: Afrique occidentale Française 1062. SOUDAN - Effet produit par une poignée de "Kawris" (Coquillages-Monnaie) jetés au milieu d'une foule.

 

 

 

 

On raconte en 1949 que dans le Sud-Est du NIGER, il fallait 70.000 Porcelaines pour acheter une EPOUSE.

De nos jours, seuls les Cauris circulent encore, très timidement entre les peuples du Sud-Ouest du BURKINA FASO et du Nord du GHANA. C'est la seule région du monde ou ces coquillages ont réussi à sauvegarder leur rôle monétaire.


 L' Amérique

 

 

Lors de la colonisation des Antilles, les esclaves importés d'Afrique Occidentale avaient l'habitude d'utiliser des Cauris et auraient introduit en Amérique ce type de Monnaie.

Au XVIIè, XVIIIè, XIXè siècles, un coquillage local appelé monnaie CARAIBE, Cyphoma gibbosa Linné, vulgairement appelé langue de flamant circulait dans les Antilles parallèlement aux monnaies Européennes, et essentiellement dans les populations indigène.


COTE EST DES ETATS-UNIS

Les colons anglais devant la valeur qu'attachaient les indiens au WAMPUM (collier de petits disques de Clam Quahog ou Mercenaria mercenaria Linné) transformèrent celui-ci en monnaie d'échange.

 

 

3 perles noires (provenant de la section pourprée du Clam) ou 6 perles blanches (provenant de la coquille du Clam) étaient échangées contre 1 PENNY ANGLAIS jusqu'en 1870.


AMERIQUE DU NORD

Les indiens de Californie utilisaient des disques taillés dans des coquilles d'ORMEAUX (Haliotide), ainsi que des boutons taillés dans des coquilles de Glycymeris, glycymeris Med qui avaient cours dans une certaine mesure dans les tribus de l'intérieur.

Plus au Nord, en Colombie Britannique, Le Dentalium pretiosum SOWERBY servait de monnaie: Le DENTALE:

Les Dentales étaient enfilés bout à bout en chapelets de près de 2 mètres de long que les indiens dénommaient HI-QUA. Ces chapelets servaient à acheter des esclaves, des squaws.

On cite qu'avant la création de la Compagnie de la Baie d'Hudson en 1670, un chapelet de 25 Dentales était suffisant pour acheter un Canoë tout fait.

Dans le Nord de la Californie un rang de HI-QUA de 1 mètre 80, appelé ALLICOCHICK valait à l'origine 50 Dollars OR.


 L' Asie

 

 

Entre le Xème et le Vème siècle avant J.C des CAURIS: CYPRAEA MONETA ou MONETARIA MONETA provenant des Iles Maldives, des Iles Soulous (entre les iles Philippines et Borneo) ont été trouvés dans des tombes chinoises, soit isolés, soit percés et enfilés en chapelets de 60 appelés: LIGATURE.

En CHINE au IVème siècle avant J.C, le livre des rites stipulait que l'on mettait dans la bouche:

- D'un fils du ciel décédé 9 CAURIS.

- D'un prince décédé 7 CAURIS.

- D'un grand préfet 5 CAURIS.

- D'un simple officier 3 CAURIS.

Au XVIIIème siècle en Asie MARCO-POLO a vu la fin de l'utilisation des cauris qui étaient apportés par cargaisons de 50 tonnes. Seul le YUNNAN au Sud de la Chine continuera à employer ces coquillages jusque vers 1800.

En 1670...........3.200 CAURIS = 1 ROUPIE Argent de LAHORE (AH 1089)

En 1740...........2.400 CAURIS = 1 ROUPIE Argent de JAIPUR (AH 1159)

En 1756...........2.500 CAURIS = 1 ROUPIE Argent d'AFGHANISTAN (AH 1175) ou d'ARCATE (Indes Françaises AH 1177)

En 1835...........6.500 CAURIS = 1 ROUPIE Argent (Indes Britanniques) de GUILLAUMES IV d'Angleterre


Aux iles SALOMON ou les Cypréas sont trés courantes, on utilisait comme monnaie , des disques ronds de 8 à 12cm de diamètre qui étaient découpés dans des BENITIERS géants.

A présent encore à MALAITA, les femmes de l'atoll LANGA LANGA fabriquent de la "monnaie" avec les CHAMAS que pêchent les hommes. Elles en font de petites perles qu'elles enfilent comme le WAMPUM des indiens d'Amérique.

 



 L ' Europe

 

 

Les relations commerciales avec le Sud-Est Asiatique et avec l'Afrique, ont amené en Europe, à certaines époques, un important trafic de coquillages, sans toutefois les utiliser comme monnaie, sauf peut-être en Europe du Sud aux temps préhistoriques....